HISTORIQUE

HISTORIQUE DE MAGNIFICAT

En venant du Mali pour les études en 1984, j’avais les coordonnées de certains de mes ainés, frères et sœurs de Ségou. Sur des contacts, je les ai mis en relation avec d’autres qui étaient là aussi mais qui ne connaissaient pas les coordonnées des autres bien qu’ils sachent qu’ils étaient là. C’est ainsi que les coordonnées passèrent de main en main et qu’on a tissé notre toile des Ségoviens de la Mission Catholique en France.

Après mes études quand j’ai beaucoup travaillé avec les associations maliennes de la place, j’ai compris qu’elles développaient autrement leurs liens par une solidarité vers leurs villages d’origine. C’est à partir de là que j’ai proposé à mes frères et sœurs de la Mission Catholique de Ségou, de créer une association.

On a donc rédigé les statuts, mis un bureau en place et elle fut déclarée en 1998 à la Sous-Préfecture de Boulogne Billancourt dans les Haut de Seine au domicile de notre ainé Timothée Traoré. Stanislas Coulibaly en fut le Président et moi le Secrétaire General. Malheureusement, Stan décède juste après la mise en place de l’association et moi je deviens statutairement le Président. Elle se dénommait : Association des Ressortissants de la Mission Catholique de Ségou.

Nous commençons, avec l’organisation de nos messes, à rencontrer d’autres catholiques intéressés à se joindre à nous et nous avons aussi bénéficié des adresses du Père Henri Cavrois rentré définitivement en France. C’est donc en Aout 2002 que nous avons élargi cette association aux Catholiques Maliens résidant en France avec le Père Henri Cavrois comme Aumônier. Et comme par hasard, cette date du 20 Aout correspond à mon anniversaire.

De par ma présence au Conseil Paroissial de la Paroisse St Joseph des Nations dans le 11e arrondissement de Paris, nous n’avions aucun problème pour faire nos messes car la Chapelle de la Vierge nous était toujours réservée.

Quand j’ai quitté Paris je continuais à fréquenter St Joseph des Nations jusqu’au moment où j’ai connu un prêtre africain à Ste Jean d’Arc du 18e vers la Porte de la Chapelle et qui nous a permis d’y faire nos messes. Le Père Cavrois était décédé, le Père Paulin aussi. Il nous a fallu compter sur l’arrivée du Père Maur sur la région Parisienne pour avoir un Aumônier.

L’association est constituée aujourd’hui de beaucoup de familles d’origine Malienne, d’anciens Pères Blancs du Mali ainsi que certaines de leurs familles, des religieuses de certaines congrégations présentes ici, des couples mixtes, des étudiants etc…

L’association fonctionne avec des cotisations ponctuelles face à des projets ponctuels sinon après nos Messes, nous restons à partager les plats et boissons que les uns et les autres amènent pour l’occasion ce qui nous permet dans la cordialité, de rester plus unis.

Le Président

Guillaume Diallo