ASSEMBLEE GENERALE DE L’UMOFC(l’Union mondiale des organisations féminines catholiques)DU 14 AU 20 MAI 2023

La Mexicaine Santamarina élue nouvelle présidente de l’UMOFC

À l’issue de l’Assemblée générale qui s’est tenue à Assise du 14 au 20 mai sur le thème: «Les femmes de l’UMOFC, artisanes de la fraternité humaine pour la paix dans le monde», l’Union mondiale des organisations féminines catholiques a élu Monica Santamarina présidente de l’UMOFC. La nouvelle élue s’engage à «continuer et à avancer vers la professionnalisation de l’Union dans les finances, les organes directeurs, les comités ainsi que les groupes de travail».

Membre de « l’Unión Femenina Católica Mexicana », veuve et mère de quatre enfants, la mexicaine Monica Santamarina prend désormais les rennes de l’UMOFC, une organisation internationale fondée en 1910, présente dans une soixantaine de pays avec une centaine d’institutions féminines catholiques. Soit environ huit millions de femmes représentées. À Assise en Italie, s’est tenu du 14 au 20 mai dernier leur assemblée générale, dans le but également de discuter des défis mondiaux à relever, et d’analyser le rôle fondamental des femmes dans la promotion de la paix. Plus de 67 organisations ont assisté à cette Assemblée, avec un total de 832 participants de 38 pays de tous les continents.

La jeunesse, une priorité

Ancienne conseillère juridique, enseignante et consultante sociale à l’Institut national des femmes du Mexique et membre de « l’Unión Femenina Católica Mexicana », dont elle a été présidente de 1996 à 2001, la nouvelle présidente de l’UMOFC Monica Santamarina, représentera l’organisation pour les quatre prochaines années.

 «Je vous remercie pour la confiance que vous m’avez accordée en me choisissant comme candidate. Nous allons continuer, en consolidant tout le bien qui a été fait, ce qui est beaucoup», a déclaré la nouvelle élue. «Nous continuerons à avancer vers la professionnalisation de l’UMOFC, tant au niveau des finances que du secrétariat, des organes de direction, des commissions et des groupes de travail», a-t-elle poursuivi, en esquissant quelques priorités pour l’UMOFC: à commencer par les jeunes avec lesquels elle espère promouvoir le dialogue intergénérationnel. Elle a également expliqué son intention de travailler pour que les organisations membres disposent «des outils nécessaires afin de mettre en œuvre les six résolutions (domaines d’action) approuvées par l’Assemblée».

Résolutions pour les quatre prochaines années

L’une des priorités de l’Union sera la consolidation et le développement de l’Observatoire mondial des femmes, qui cherche à écouter, à exposer les souffrances et à donner de la visibilité aux potentialités des femmes, en particulier les plus vulnérables, afin de promouvoir des actions en faveur de leur développement intégral, de leurs familles et de leurs communautés.

Une autre résolution concerne la défense de la liberté religieuse en tant que droit humain fondamental pour la promotion de la fraternité et de la paix. Les organisations participantes s’engagent à œuvrer en faveur de la non-discrimination, à dénoncer les violations de la liberté religieuse et à promouvoir l’interaction interconfessionnelle. La crise alimentaire mondiale, liée à la protection de la planète, a fait l’objet d’une autre résolution adoptée lors de l’Assemblée. Les femmes de l’UMOFC se sont engagées à répondre à l’appel urgent, à l’action de l’encyclique Laudato si’ en abordant les questions liées à l’environnement et au changement climatique. Les activités visant à recycler, à réduire la pollution individuelle et à promouvoir la conversion écologique seront encouragées.

Des membres de l’Union mondiale des organisations féminines catholiques

Un autre engagement concerne l’accompagnement et la formation des jeunes et des couples sur le chemin de l’amour familial, en reconnaissant la maternité et la paternité comme des chemins de sainteté. L’UMOFC répondra à l’invitation du Pape François à construire un avenir avec les migrants et les réfugiés, en s’engageant à être des instruments actifs de proximité concrète. Une attention particulière sera accordée au problème de la migration forcée et de la discrimination sur le marché du travail, qui touche principalement les femmes. Des outils de soutien seront mis en place pour relever ces défis.

La formation des femmes

Enfin, l’Union mondiale des organisations féminines catholiques souhaite promouvoir la formation des femmes afin qu’elles puissent participer de manière responsable aux processus de construction et de décision de l’Église. L’objectif est d’encourager le leadership féminin dans la recherche du bien commun par une formation spirituelle, intellectuelle et pastorale. L’Union s’engage à soutenir la nouvelle présidente Santamarina dans son mandat, et à collaborer activement à la réalisation des objectifs fixés lors de l’Assemblée. L’organisation continuera à promouvoir l’autonomisation des femmes catholiques dans le monde entier, à relever les défis actuels et à œuvrer pour un avenir de paix, de justice et de solidarité.

Publication: VATICAN NEWS